mercredi 8 avril 2015

Tornado season, la saison des tornades


Il y a déjà 2 ans de ça, je te faisais part de mon inquiétude après avoir reçu un courrier de la principale de l'école. Elle nous expliquait les risques et les procédures en cas de tornades. A l'époque, je n'en menais pas large.
Je pourrais te dire que ces trois années m'ont permis de m'endurcir et que je relativise à mort (passe-moi l'expression). Je mentirais.
En vrai, cette année, le courrier a été émis par le " District Safety and Crisis Management".
Ça m'inquiète un peu.

Contrairement au courrier d'il y a 2 ans, il est écrit que lorsque la sirène aura retenti, on ne pourra plus pénétrer dans l'école, et qu'il faudra attendre la fin de l'alerte pour récupérer les enfants.
Juste pour mémoire, il y a 2 ans, une tornade de niveau 5, le niveau le plus élevé avait frappé la ville de Moore en Oklahoma. Elle avait rasé un hôpital et une école ainsi que des résidences avec des vents à 338km/h.
Au lendemain de ce jour noir, la région où nous vivons a été balayée par un mur d'orage en début d'après-midi. A midi, une de mes amies, originaire du Texas, (oui, c'est important: que moi, petite varoise je panique littéralement à la vue du premier grêlon s'explique et peut faire rire, qu'une texane "born and raised in Texas" qui a connu orages et tornades toute sa vie, panique et ME téléphone ça a son importance...) "qu'est ce que tu fais? Moi, je vais chercher les enfants, si ça dégénère je préfère être chez moi, on se mettra dans la baignoire".
Avant le coup de fil, j'essayais d'être calme et décontractée, tout en gardant un oeil sur la chaîne météo et l'autre sur mon téléphone, les oreilles aux aguets, au cas où la sirène retentirait. Mais ça, c'était avant.

Ce n'est pas compliqué, j'ai déjà eu des moments de gros stress auparavant, mais là...
J'ai donc suivi les recommandations des divers sites dédiés aux tornades.
J'ai pris une boîte résistante (c'est à dire "qui a vue de nez pourrait résister à un vol de quelques minutes à très haute altitude avec atterrissage forcé violent") et empiler nos passeports dedans et je l'ai mise dans le placard à manteaux, oui-oui, toujours le même et j'ai pris la direction de l'école.
Au cas où tu t'interrogerais sur l'intérêt de la boîte, j'ai lu sur le site du gouvernement pour les expats qu'il est judicieux d'agir ainsi, ça aide un peu quand, primo, on n'a plus rien, à part un empilement de planches dans "ce qui était autrefois ton jardin" et deuxio ça aide à savoir qui vivait dans le coin si y'a plus de voisins pour le dire...

C'est bien simple, mon coeur n'a jamais battu aussi fort aussi longtemps.
Quand je suis arrivée à l'école, c'était la panique. Les parents se bousculaient pour récupérer leurs enfants et s'enfuyaient à toute vitesse sous un ciel de plomb.
Là, j'ai rencontré une autre copine, qui elle, superzen m'a expliqué par A+B que l'on ne craignait absolument rien:
1- On vit au Nord de la Highway.
2- Bedford n'est pas plat et les tornades détestent ça (tu notes la personnification de la tornade, genre ce truc malfaisant a des sentiments).
3- Son mari pilote a pris la météo .
4- Au pire, et là, elle a baissé la voix et d'un air de conspiratrice m'a dit "ceux qui s'en sont sortis hier, ce sont ceux qui étaient accrochés sous la cuvette des toilettes avec les enfants dans les bras, la plomberie a tenu".

Là, j'étais un peu dépassée par les événements, alors je me suis assise dans le couloir devant le bureau de l'administration. Je devais faire une drôle de tête parce que la sous-directrice m'a emmené dans son bureau pour me demander si je voulais discuter.
Comme il était trop tard pour juger du bien-fondé de cette expat, j'ai dit oui.
Elle m'a expliqué qu'elle était de Chicago et qu'elle comprenait ce que je devais ressentir. Elle m'a aussi dit qu'à choisir entre être à la maison et être dans l'école, y'avait pas photo: le mur porteur de l'école est en béton, "vous avez vu comment sont construites les maisons ici?"

J'ai donc attendu la fin de l'alerte dans l'école avec les enfants, en me demandant pourquoi il n'y a pas de p... de caves dans ce pays.
Alors, si ça t'intéresse, sache que le sous-sol de cette partie du Texas est en grande partie constituée d'argile et que creuser des caves sous les maisons reviendrait très cher.
En Oklahoma, le maire de Moore affirmait vouloir faire voter une loi pour rendre les abris obligatoires. Jusqu'à présent, ces abris, qui coûtent quelques milliers de dollars ne sont pas obligatoires et 2000$ sont attribués aux propriétaires sur listes d'attente par système de loterie.

Je vais éviter de te décrire l'état post-panique dans lequel je me suis trouvée ce soir-là, quand le soleil est revenu. Mon corps a vraisemblablement fait une overdose d'adrénaline. Migraine, vomissements, tremblements...C'était pas joli-joli.

Qu'est ce qui a changé depuis ce jour-là et qui pourrait m'aider à positiver?
J'habite toujours au Nord de Bedford, et j'ai 3 salles de bains; j'ai toujours la boîte à passeports; j'ai un chat, il est pas bien gros, il tiendra dans la boîte; on a résilié notre abonnement à la chaîne météo; les enfants sont dans 2 écoles différentes, augmentant mes chances de trouver un pilier en béton dans un cabèche vide...

Sinon, le Texas, au printemps, c'est vraiment joli.


2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Je t'ai nommée aux Liebster awards ici : http://expatandmore.blogspot.com/2015/04/nomination-aux-liebster-awards.html

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Alors je ne sais pas trop quoi dire, je suis passée par les mêmes couleurs de l'arc en ciel que toi au niveau des tornades, deux enfants dans des écoles différentes, etc, etc, j'ai dû arrêter le traffic en sortant de ma voiture pour pouvoir tourner à gauche et mettre mes gosses à l'abri, et puis... la vie reprend, il y a quand même peu de chances que tu périsses dans une tornade, les profs savent quoi faire avec les gosses, il y a des alertes qui sont plutôt exagérées, quelquefois ça concerne une autre partie du comté mais l'alarme sonne près de chez toi... Ne t'inquiète pas, de toutes façons, ça ne sert pas à grand chose. Courage, la saison se finit bientôt.

    RépondreSupprimer