mardi 20 janvier 2015

Chimney Rock: là où Daniel Day Lewis court cheveux au vent et tomahawk à la main, et non pas l'inverse.


En quittant Charleston, on savait que l'on quittait définitivement la mer. Regrets mesurés parce qu'à cause de la chaleur et de l'humidité, les nuits étaient courtes, pénibles et caniculaires... Et puis, dormir à côté d'un alligator ne m'enchantait pas plus que ça. Du coup, on espérait trouver dans les montagnes un peu de fraîcheur et de repos.

Direction Asheville, Caroline du Nord, coincée au pied des Smoky Mountains, l'extrême sud des Appalaches, nous allions prendre de l'altitude.
Chimney Rock est un éperon rocheux qui culmine à  755 mètres et surplombe une rivière et un lac, le Lake Lure. La première surprise en arrivant dans les lacets au pied du lac, c'est le nombre incroyable de marmottes, installées au bord de la route, plutôt dodues les marmottes d'ailleurs, qui regardent passer les voitures.


Le village au bord du lac est une vraie station balnéaire: pédalos, plage de sable, toboggans, et même des canards un peu envahissants, ce qui rend le pique-nique dans l'herbe, euh, salissant. Après avoir fait le tour du Lac, direction le camping. Cette fois, pas de tente, on loue une "cabin": une sorte de bungalow riquiqui-trop-mignon-tout-en-bois.
Une fois de plus, nous avons la possibilité de faire un feu de camp, même installés sous des Hickory, des noyers majestueux, au bord d'un lac qui prend des airs mystérieux au petit matin dans la brume...
Atmosphère extrêmement agréable, à la nuit tombée, tout le monde allume son feu de camp et nos voisins attrapent leurs guitares et entonnent des vieilles chansons country.

Le camping, ça fatigue
Finalement, même si les températures s'annoncent plus clémentes, les bébêtes grossissent au fil du voyage et cette fois, la personne de l'accueil nous a annoncé que des ours auraient été aperçus dans les parages...
J'appréhende un peu l'hypothétique excursion-pipi nocturne. Déjà que je n'en menais pas large à Charleston...
Toi qui te moques, imagine que tu rejoins les toilettes, dans l'obscurité totale, accompagné de ton imagination galopante, sachant qu'au minimum UN alligator nage dans le lac en face.
Même en t'imposant une déshydratation préventive, tu ouvres les yeux à deux heures du matin et tu essayes de faire abstraction de la gorgée d'eau que tu as accidentellement avalée à l'heure du brossage de dents.
Crois-moi, c'est impossible.  Et tu as l'impression que tous les grizzlis du coin sont en faction derrière la porte. Surtout qu'à l'entrée d'un Park du Colorado, j'ai clairement vu un panneau expliquant qu'une portière n'arrête pas un ours... alors une porte en rondins...
Bref, non seulement il faut trouver le courage d'y aller mais en plus, tu réalises soudainement que dehors, il fait vingt degrés de moins que la veille.
Ah, les plaisirs du camping!

Pour en revenir à Chimney Rock, sûrement plus intéressant que des vulgaires problèmes de vessie, c'est là que le film Le Dernier des Mohicans a été tourné. Des chouettes balades nous tendent les bras, avec cascade et vue imprenable sur la région.

Le point culminant est à 2480ft, à peu près 760m



C'est haut et il y a pleins de marches en bois qui grincent pendant l'ascension, mais comme tu ne veux pas passer pour une mémère percluse d'arthrite, tu montes courageusement... et arrivée en haut, à bout de souffle, les articulations en compote, tu te promets d'explorer une nouvelle dimension à la redescente: l'ascenseur creusé dans la montagne.
Quand j'te disais qu'ils sont trop forts ces américains.
S' il avait su ça le copain Mohican de Daniel, il aurait ptêt envisagé une solution moins définitive pour descendre bouder au rez de chaussée.

Immortalisons ce douloureux moment...

Ce qui est sympa aussi, c'est quand tu es juchée sur ton rocher et que tu regardes l'horizon, tu vois ca:


C'est pas formidable le progrès quand même!? Tu peux déranger tes amis au milieu de la nuit, juste pour leur faire coucou, à 7000km de distance. Merci les noctambules!

Nous n'avons fait qu'effleurer la Caroline du Nord, alors, au lieu de rallier très vite Nashville dans le Tennessee, nous avons pris notre temps et nous avons emprunter la Blue Ridge Parkway, itinéraire qui nous avait été conseillé par des copains américains.

Là-bas, au fond, le Tennessee, notre prochaine étape
C'est une route pittoresque qui débute en Virginie, et s'étire sur près de 750km jusqu'en Caroline du Nord à la limite de la réserve Cherokee.



Lys sauvages, forêts à perte de vue et bruissements inquiétants dans les épais bosquets ont fait de cette balade un moment bien agréable, avant de rejoindre la civilisation.

Un pont couvert, on a voulu la jouer Clint et Meryl, sauf que les proprios, sûrement lassés par les touristes indélicats, ont installé une alarme, on a détalé comme des lapins!


 Prochaine étape, on abandonne la nature et sa sérénité, on va visiter un lieu mythique de la musique américaine: Nashville!


1 commentaire: